Cameroun : toujours pas de nouvelles du maire de Bangem et de son adjoint enlevés samedi

Cameroun : toujours pas de nouvelles du maire de Bangem et de son adjoint enlevés samedi

Les deux personnalités ont été enlevées samedi alors qu’elles tentaient de mobiliser les populations en vue du défilé militaire et civil du 20 mai. L’on reste sans nouvelles du maire de Bangem (Sud-Ouest), Ekuh Simon et de son adjoint Enonguene Epie  enlevés à la veille de la journée consacrée à la célébration de l’Unité nationale du Cameroun. Ils ont été vus pour la dernière fois dans des vidéos diffusées par des sécessionnistes au cours du week-end dernier. Ils y apparaissent assis à même le sol dans des broussailles, les mains ligotées dans le dos. Dans ces vidéos, seul le maire, vêtu d’un simple pantalon  et d’un chemisier parle. « J’ai été enlevé par les forces de restauration d’ambazonie Kupe-Manengouba. Ils m’accusent d’avoir collaboré avec le régime de Yaoundé pour la célébration du 20 mai à Bangem. Ils m’ont demandé de dire aux gens de ne pas marcher, de ne pas prendre part à ces célébrations, sinon je vais en payer les conséquences. Jusqu’ici, ils m’ont bien traité et ont promis de ne rien me faire si les populations écoutent ce conseil », a-t-il déclaré. Ekuh Simon et son collaborateur ont été enlevés samedi alors qu’ils distribuaient des tee-shirts et de l‘argent aux populations pour que celles-ci participent aux manifestations de la Fête de l’unité. L’information a été relayée sur les réseaux sociaux le même jour par Mark Bareta, un militant de la cause sécessionniste exilé aux Etats-Unis. Le défilé à Bangem - département du Lebialem, région du Sud-Ouest - a connu la seule présence des éléments des forces de sécurité et de défense. Cet énième enlèvement a été opéré moins de 24h avant le kidnapping de l’adjoint au sous-préfet de Menji (département du Lebialem, région du Sud-Ouest). Lui aussi est apparu dans une vidéo tournée par ses ravisseurs. Celui-ci est debout devant des rangs de jeunes combattants séparatistes qui, armes à la main, chantent un hymne à l’ambazonie ressemblant à celui du Cameroun. Il porte dans ses  mains le drapeau blanc à rayures bleu de cet Etat virtuel. Des sources officieuses font état de l’enlèvement du délégué départemental des Transports pour le Lebialem dimanche.      Cet article Cameroun : toujours pas de nouvelles du maire de Bangem et de son adjoint enlevés samedi est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Lire l'article en entier

Related Posts

DOS DICTADORES, UN CENTENAR DE CARGOS GUBERNAMENTALES (VICEPRESIDENTES; ETERNO PRIMER MINISTRO; MINISTROS DE ESTADO; DECENAS DE VICEMINISTROS; DECENAS DE MINISTROS DELEGADOS, DECENAS DE SECRETARIOS DE ESTADO, MEDIO CENTENAR DE DIRECTORES GENERALES&hellip
Un polytechnicien distingué pour un essai sur la décentralisation au Cameroun
Kenya: le parti du président remporte aussi la bataille des gouverneurs