Conseil d'Etat : Répondre aux exigences de probité et de rigueur

Conseil d'Etat : Répondre aux exigences de probité et de rigueur

La prise de fonctions de ces magistrats vient combler un vide juridique, du fait que, nouvellement créées, les juridictions administratives n'étaient pas encore opérationnelles. En application de la décision du Conseil supérieur de la magistrature du 3 juillet 2018 qui les nommait dans les tribunaux administratifs de Franceville, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou, Koula-Moutou, Port-Gentil et Oyem, 40 magistrats de l'ordre administratif ont pris officiellement leurs fonctions hier. C'était au cours d'une cérémonie d'installation présidée par le premier président du Conseil d'Etat, René Aboghe Ella, et à laquelle ont pris part de nombreuses personnalités dont le secrétaire général de la Chancellerie et les premiers présidents de la Cour de cassation et de la Cour des comptes. Avec cette entrée en fonctions des magistrats nouvellement nommés, le premier président du Conseil d'Etat estimait qu'il “ne pouvait laisser le vide juridique prendre le pas sur la nécessité de garantir la continuité du service public au sein des tribunaux administratifs relevant de son ordre”. ENRetrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complèteRetournez à la rubrique Gabon politiqueStandard (Image)

Lire l'article en entier

Related Posts

Un mouvement en soutien à Akere Muna
GOUVERNEMENT YANG IV : Le Premier ministre exige le règlement de la crise anglophone
Première tournée au Proche-Orient sous tension pour Mike Pence