Campagne : La coalition UN-RHM a lancé les hostilités

Campagne : La coalition UN-RHM a lancé les hostilités

La campagne électorale a pris un tournant décisif le week-end dernier, à Lambaréné, où tous les candidats sont désormais sur le terrain en vue de la conquête des deux sièges de député et des conseillers municipaux. C’était le cas de la coalition Union nationale (UN)-Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) qui a lancé la sienne samedi écoulé à l’Ecole privée protestante du quartier Adouma. Devant une assistance non négligeable, la tête de liste aux locales et candidat aux législatives, Paul-Marie Ndjambiempolo Gondjout, par ailleurs secrétaire exécutif adjoint de l’UN, a effectué sa première sortie dans une ambiance festive. La prise de parole de ses partisans a donné lieu à des motions de soutien. Il est revenu sur le choix d’Adouma pour lancer sa campagne. A l’en croire, ce quartier est un emblème de la ville créée par le célèbre médecin Albert Schweitzer. « Rive gauche, rive droite et l’île Zilé, nous sommes forts ensemble », a-t-il clamé. En outre, il a donné les raisons de sa candidature à ces élections. Pour lui, il est question de faire tomber, rien de moins, « le Baobab PDG ». Lequel serait à l’origine des maux de cette ville et de ses habitants.  « Commençons par faire tomber le pouvoir ici à Lambaréné », a martelé l’orateur. Autre motivation, son ambition de « confirmer » les résultats de l’opposant Jean Ping dans cette province à l’élection présidentielle de 2016. « Cette victoire doit se matérialiser ici lors du prochain vote », a-t-il lancé. Jonas OSSOMBEYRetrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complèteRetournez à la rubrique Gabon politiqueStandard (Image)

Lire l'article en entier

Related Posts

Afrique du Sud: Jacob Zuma s’accroche mais l’ANC se fracture
Message du Commissaire Paix et Sécurité, délivré au nom du Président de la Commission de l’Union africaine à l’occasion de la Conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel Niamey, 06 févr
Security Message for U.S. Citizens: Protests in Asmara