Activités présidentielles : Ali Bongo Ondimba à la ZERP de Nkok

Activités présidentielles : Ali Bongo Ondimba à la ZERP de Nkok

C'était dans le cadre d'une visite de contrôle. Occasion pour le chef de l'Etat de constater l'évolution des activités dans cet espace économique, considéré comme créateur d'emplois. "IL est bon de pouvoir venir à peu près tous les six mois, se rendre compte de l'évolution. Cela permet de voir quels sont les problèmes auxquels les entreprises font face et trouver des solutions." C'est ce qu'a déclaré le président de la République, Ali Bongo Ondimba, au terme de la visite de la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok, hier. Une visite de contrôle qui lui a permis de constater l'évolution des activités dans cet espace économique, principal symbole du volet "Gabon industriel", contenu de son programme. Sur le site, le chef de l'Etat s'est rendu tour à tour dans les usines "Santé pharmaceutique", "Gabon Shenduh", "Gabon Veener", "Magal Wood" et "Gabon Wood Clean", respectivement spécialisées dans la fabrication de médicaments, la fabrication de contreplaqués, la transformation du bois brut et la menuiserie industrielle. La présence de ces investisseurs cadre avec la stratégie d'industrialisation et de diversification de l'économie gabonaise initiée depuis 2009 par le numéro un gabonais. Laquelle a permis la création de plusieurs milliers d'emplois, luttant un tant soit peu contre le chômage, notamment chez les jeunes... Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complèteRetournez à la rubrique Gabon politique GabonStandard (Image)

Lire l'article en entier

Related Posts

Surgies du passé, des accusations d’abus sexuels hantent l’argentier du Vatican
DOS DICTADORES, UN CENTENAR DE CARGOS GUBERNAMENTALES (VICEPRESIDENTES; ETERNO PRIMER MINISTRO; MINISTROS DE ESTADO; DECENAS DE VICEMINISTROS; DECENAS DE MINISTROS DELEGADOS, DECENAS DE SECRETARIOS DE ESTADO, MEDIO CENTENAR DE DIRECTORES GENERALES&hellip
Le chef de diplomatie iranienne à Bruxelles pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire